E-cigarette :Le vapotage passif est-il dangereux ?

Alors que le tabagisme était autrefois autorisé presque partout, des lois antitabac de plus en plus strictes ont été adoptées au cours des dernières décennies afin de protéger la santé de la population non-fumeuses. Il est donc interdit depuis longtemps de fumer sur les lieux de travail et dans les bâtiments publics. Bien que la fumée secondaire ne soit pas aussi nocive que la fumée active, la haute toxicité de la fumée de tabac provoque une irritation respiratoire aiguë chez les fumeurs secondaires. Le risque de maladies respiratoires chroniques augmente également – le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral augmente également de manière significative. Cela est dû à une grande variété de substances présentes dans la fumée qui provoquent l’agglutination du sang et donc l’obstruction des vaisseaux coronaires et cérébraux. Mais qu’en est-il des e-cigarettes : le vapotage passif est-il nocif ?

Le vapotage passif : nocif ou inoffensif ?

De plus en plus de personnes se tournent vers les e-cigarettes et abandonnent la cigarette. Selon de nombreuses études (les études à long terme font défaut), les risques pour la santé liés au vapotage ne sont en aucun cas comparables à ceux du tabagisme. De nombreux consommateurs souhaitent donc arrêter de fumer à l’aide d’une alternative moins nocive et passer tôt ou tard à des liquides sans nicotine pour minimiser encore les risques pour la santé.

Ingrédients non toxiques dans les liquides

Les liquides consommables des e-cigarettes sont composés (outre la nicotine) de substances inoffensives pour la santé. Ils contiennent de l’eau distillée et des substances telles que le propylène glycol (PG) et/ou la glycérine végétale (VG). Les vapoteurs qui veulent générer beaucoup de vapeur s’appuient sur des liquides à forte teneur en VG.

Si le throat hit (la sensation dans la gorge qui se produit lorsqu’on tire sur l’e-cigarette) doit être plus fort, choisissez un liquide contenant plus de propylène glycol. Le composé hydrocarboné sert notamment de support aux différents arômes liquides. Ces deux substances ne présentent aucun risque pour la santé.

Pas de processus de combustion avec les e-cigarettes

Une différence importante entre le tabac et les e-cigarettes est que rien n’est brûlé dans la version électrique. Le liquide est chauffé, mais il ne produit pas de monoxyde de carbone ni de fumée latérale dangereuse comme c’est le cas avec les produits du tabac. Avec la cigarette classique, en revanche, les fumeurs passifs sont exposés à un mélange toxique de benzène, de cadmium, de formaldéhyde et d’autres substances nocives. Des études sur des rats ont montré que la fumée latérale peut être plus toxique que la fumée principale, c’est-à-dire celle inhalée par le fumeur lui-même.

La vapeur passive : des effets à peine mesurables sur l’air intérieur

Comme vous expirez une partie des substances inhalées lors de la vaporisation, une sorte de “vapeur passive” est créée. Toutefois, cette vapeur passive ne présente aucun risque pour la santé. Des études ont montré que les effets du vapotage sur l’air intérieur ne sont pratiquement pas mesurables. Respirer dans une ville peut être plus dangereux que de se trouver dans la même pièce qu’un vapoteur, ont déclaré des chercheurs italiens en 2012.

Restrictions malgré un danger inexistant

Le vapotage est autorisé sur le lieu de travail avec quelques exceptions compréhensibles. Les employeurs ne sont pas autorisés à imposer une interdiction générale des vapeurs en raison de dangers inexistants pour les tiers. C’est ce qu’a décidé le tribunal administratif supérieur de Münster en 2014, du moins pour l’État de NRW. Dans le train ou l’avion, par contre, vous devez respecter le règlement intérieur. La plupart des compagnies aériennes (et des aéroports) se servent de leur règlement intérieur et assimilent le vapotage au tabagisme.