La nicotine peut-elle aider à traiter la schizophrénie ?

Fumer est connu pour être mauvais pour la santé. Le tabagisme peut entraîner un handicap, une maladie et même la mort. Toutefois, selon une nouvelle étude, la nicotine pourrait également présenter certains avantages pour les patients atteints de schizophrénie.

La nicotine peut-elle aider à traiter la schizophrénie ?

Fumer est connu pour être mauvais pour la santé. Le tabagisme peut entraîner un handicap, une maladie et même la mort. Toutefois, selon une nouvelle étude, la nicotine pourrait présenter certains avantages pour les patients atteints de schizophrénie.

La schizophrénie est une maladie mentale qui touche plus de 21 millions de personnes dans le monde. Plusieurs études ont révélé, grâce à des techniques d’imagerie cérébrale, que ce trouble est un dysfonctionnement du cerveau, les déficiences neurologiques étant souvent à l’origine de la schizophrénie. L’une des anomalies neurologiques que des études antérieures ont associées à la schizophrénie est la diminution de l’activité du cortex préfrontal. Cette zone est responsable des tâches administratives du cerveau, telles que le jugement, la prise de décision et la résolution de problèmes. Le cortex préfrontal aide également à garder le contrôle pendant le stress et est responsable de la mémoire à court et à long terme. Selon une étude récente publiée dans la revue Nature Medicine, la nicotine pourrait aider les patients atteints de schizophrénie.

Le lien entre le tabagisme, la schizophrénie et la génétique

Des chercheurs de l’université de Boulder, dans le Colorado, dirigés par Uwe Maskos, ont voulu étudier la cause de l’hypofrontalité, une altération de l’activation neuronale du cortex préfrontal. L’hypofrontalité serait à l’origine de nombreux problèmes cognitifs qui font partie de la schizophrénie. Ces problèmes affectent la prise de décision, la concentration et la mémoire.

Des études antérieures ont montré qu’il existe un lien entre la schizophrénie, une mutation du gène CHRNA5 et le tabagisme. Près de 90 % des patients atteints de schizophrénie fument, la plupart lourdement, et 60 à 70 % des personnes atteintes de troubles bipolaires sont également des fumeurs. En outre, des recherches ont montré un lien entre le nombre de cigarettes fumées par jour et une variation polymorphe du gène CHRNA5. Sur la base de cette découverte, Maskos et son équipe se sont demandé si une modification du gène CHRNA5 pouvait être le déclencheur de l’hypofrontalité. Et si la nicotine peut aider à prévenir ce processus.

La nicotine favorise l’hypofrontalité

Tout d’abord, Maskos et son équipe ont étudié des souris porteuses du gène CHRNA5 et présentant des déficits neurocognitifs dans les interactions sociales et les tâches sensorimotrices. Plus précisément, ils ont étudié des souris présentant un polymorphisme d’un seul nucléotide dans le gène CHRNA5, qui augmente le risque de tabagisme et de schizophrénie.

En utilisant des techniques d’imagerie cérébrale, ils ont découvert que ces souris étaient également touchées par l’hypofrontalité. Les souris présentaient une activité neuronale réduite, similaire à l’hypofrontalité observée chez les patients atteints de schizophrénie et de toxicomanie.

Enfin, les chercheurs ont administré de la nicotine à ces souris, ce qui a inversé l’hypofrontalité. En agissant sur les récepteurs nicotiniques de l’acétylcholine dans les zones du cerveau présentant une fonction cognitive saine, l’administration persistante de nicotine a inversé les troubles cognitifs. “En gros, la nicotine compense une déficience génétique”, a déclaré Jerry Stitzel, chercheur à l’Institut de génétique comportementale.

Implications pour le traitement de la schizophrénie

Les auteurs de l’étude espèrent que leurs résultats permettront de mettre au point un traitement non addictif à base de nicotine pour les patients atteints de schizophrénie. Les implications de leurs résultats pourraient être encore plus importantes, car une diminution de l’activité du cortex préfrontal a également été constatée chez des personnes souffrant de TDAH, de stress post-traumatique ou de troubles bipolaires.